nouvelle rubrique "est-ce grave docteur?"

Publié le par bénédicte

Le doc vous écoute

Nous avons un premier témoignage en ligne d'une jeune femme au bord du gouffre vert:

Cher doc, suite à un changement de vie, je suis quelque peu perturbée dans mes repères et je crains d'être atteinte de ruralité insidieuse mais néanmoins galopante, et je me tourne vers vous car je ne crois pas que Mme Bachelot pourra grand chose à cette contagion (je ne suis pas sûre qu'elle ne soit elle même atteinte).

Alors voilà le symptôme: je ne peux m'empêcher d'aller à Top fouille tous les lundis . J'avais pourtant juré de ne pas y mettre les pieds, et le pire c'est que j'arrive à y acheter des trucs genre panier pour la cuisine, guirlande de Noël.

J'ai vraiment besoin de votre aide car mon mari pensait me guérir d'une dépensite larvée avec ce changement d'air, et il serait très accablé de me voir rechuter.

Circonstance atténuante, j'ai une heure à tuer tous les lundi dans une ville où seuls top fouille et leader price sont ouverts ce jour là. Et même si j'ai eu la bonne surprise de trouver des produits bio au leader price, je préfère éviter le risque d'une leader-depression-price. 

Avez-vous un remède? rassurez-vous, je ne suis pas (encore) tentée par le balayage tigré assorti à la coupe ni courte-ni longue qui sévit  dans la région
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

la coupe de cheveux que tu décris avec le balayage tigré, c'est la mode que j'ai découvert en arrivant en Creuse, en faisant mes courses chez Champion, (rebaptisé depuis Carrefour market). le plus
étonnant de la coupe, c'était le hérissement vers le haut des cheveux courts de l'arrière, côté sommet, pour rehausser les bandeaux mi-long plats très plats côté visage. Le tout à grand renfort de
gel pour que rien ne bouge. Maintenant je remarque moins. De 2 choses l'une: "où la mode à une longueur de cheveux d'avance en Creuse... où on s'habitue à tout... " Je vais mener mon enquête!!!


Répondre
B

la technique de visualisation me paraît rudement efficace et heureusement pour moi les coiffeurs sont fermés le lundi. Je me sens revenir sur le droit chemin, même si mon mari pour me mettre à
l'épreuve me suggère d'aller y chercher un tuyau de douche. Tentateur. Demain je livre le grand combat intérieur.


D

chère madame,

comme je comprends votre désarroi ! Evidemment, si c'est la fouille ou Leader Pride (recommandé par les vendeurs d'anti-dépresseurs), vous ne pouvez être blâmée.
Une première suggestion : imaginez-vous que dans 13 semaines vous allez à nouveau déménager. Tous ces trésors accumulés à la fouille, vous devrez les emballer. Les mettre dans des caisses. Les
porter. Les porter à nouveau. Les identifier. Les nettoyer. Les déballer. Les foutre n'importe où. Imaginez-vous que dans 13 ans, vous déménagerez encore. Et 13 ans d'accumulation, ça fait 4
containers les doigts dans le nez. Vos vertèbres vous hurleront des insultes que la morale réprouve.
Commandez un bon, mais alors vraiment un très très bon bouquin. Lorsque vous aurez une heure à perdre le lundi, vous n'aurez qu'une envie, lire la suite. Vous resterez sourde aux sirènes des
fouilles, leaders et autres affriolantes échoppes.
Afin que chacun paie un effort de guerre, je me mets dès janvier à la rédaction d'un tel bouquin.
Doctoralement vôtre,

Dr R. Kakebuke


Répondre