Peter Gabriel, no drums no guitars, j'y étais

Publié le par Rika

Alors il est comment Peter Gabriel version troisième âge? New Age. Il a mûri c'est sûr. 
Le moins: le look Paco Rabane images-3-copie-3
Le plus: il pousse encore  ses cris de félin qui font vibrer l'échine.

Le concept du spectacle: images-1-copie-4
une première partie où il reprend les chansons des autres. Je n'ai rien reconnu à part une chanson de Paul Simon. Donc soit on a pas les même disques, soit il se les était vraiment appropriées.
Le moins: Les chansons ou il est accompagné seulement du piano. Peter tu n'es pas un crooner.
Le plus: énorme surprise, les violons ça peut être puissant et provoquer des frissons.
Deuxième partie: il chante ses chansons, toujours accompagné de l'orchestre philarmonique de Radio France.
le moins: ça manque quand même d'un petit coup de batterie ça et là.
Le plus: superbes morceaux, c'est Peter Gabriel en train de les chanter devant nous, on ne boude pas son plaisir, on se lève et on se trémousse même si on est à Paris.
Cerise sur le gâteau: youssoundour vient faire des vocalises.

La révélation de la soirée, non pas Peter qui sait laisser la place aux autres et s'est tenu modestement sur le côté de la scène tout le spectacle, non pas l'arrangeur (que peter nous a fait applaudir un certain nombre de fois, et qui a du se coltiner un bug informatique en plein spectacle, et vu l'efficacité de l'intervention, je le ferais bien passer chez moi pour arranger quelques trucs), mais Ben Foster le chef d'orchestre. Un roseau, longiligne et souple. Un air de tim Burton propre et rasé. Le voir onduler (à certains moments en ombre chinoise) était un spectacle à part entière. Et il a du mérite, car face aux images psychédéliques projetées sur écrans géants il a du finir comme Mowgli hypnotisé par le serpent. images-2-copie-4.jpeg

Si il me propose une soirée flûte enchantée dans mon salon, je dis oui. Et peter une soirées tisane? je ne dis pas non. En souvenir du bon vieux temps. images-4-copie-1.jpeg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article