billy des villes et billy des champs

Publié le par Rika

Vous habitez en région parisienne et vous avez besoin d'une bibliothèque. Vous ne vous posez même pas de question, ce sera Ikea, dimanche, à l'ouverture, parce que le samedi, c'est bien connu, il y a trop de monde. Dimanche matin, vous ne vous êtes pas fait violence et vous voici à 11h37, en même temps que tous ceux qui ont tenu le même raisonnement que vous, en train de vous faire happer par la porte tambour. Et vous vous dites "faudrait voir un samedi, c'est peut être pas pire". Vous êtes venue seule car le magasin a déjà atteint son quota de couples qui s'engueulent et d'enfants qui braillent et se prennent des baffes. Qu'importe, vous êtes déterminée, prête à tuer, votre  images-1-copie-1vous l'aurez. Vous sortez triomphante, légèrement hypoglycémique à deux heures moins le quart, et sonnée par l'addition. L'ensemble de merdouilles dont vous n'aviez pas besoin et qui se sont accumulées dans votre panier valent bien deux billy. Trop forts ces suédois. Vous tentez de charger vos paquets dans le coffre. Vous ne vous sentez plus tout à fait wonder women. Vous jetez des regards aux alentours mais les tigresses ne semblent pas prêteuses. Tant pis vous roulerez le coffre ouvert, vous n'êtes pas à une angine près. Dans l'après midi, la ferveur revenue vous vous attellerez au montage, d'abord seule, parce que votre homme a horreur de ça, et si c'est pour l'entendre proférer des injures à caractère raciste à l'encontre des suédois, lui d'habitude si doux et pacifique, vous préférez coincer une planche avec le pied, l'autre avec les dents tandis que vous vissez (avec votre tournevis, de votre boite à outil, ikea, cela va sans dire). Quand tout s'écroule, votre douce moitié vient à votre secours, mais lorsqu'il avise le plan images-2-copie-2et qu'il s'avère qu'il manque des vis et des bitoniaux, il ne peut s'empêcher de lâcher son expression idoine "voilà pourquoi je n'aime pas ikea". C'est pas grave, vous venez de réaliser que malgré la somme astronomique dépensée, il vous manque des trucs. Vous planifiez déjà votre prochaine visite et envisagez un jeudi à la fermeture. Grave erreur, croyez-en mon expérience, je m'y suis retrouvée complètement hébétée à onze heures moins le quart (du soir, oui, oui). J'en ai oublié la moitié de mes achats au retrait marchandises. Mais le dimanche soir arrivé, ça y est, vous pouvez vous coucher avec le sentiment du devoir accompli. Et vous vous dites quand même une billy, c'est pas cher et pratique. Ils sont forts ces suédois en matière de persuasion, presque une secte.

Vous  habitez la campagne. HHHaaa, il n'y a pas d'ikea à la campagne, il va donc falloir être malin. Certes il y a des concurrents qui proposent pas plus beau et pas plus solide pour plus cher. Alors il va falloir rentrer toute une série de données et effectuer une équation à multiples inconnues: distance du magasin ikea le plus proche, prix de l'essence et du péage et prix des concurrents qui ne sont tout de même pas à côté de chez vous (compter une demi journée et un demi plein au bas mot). Alors, vous avez opté pour... la billy de chez ikea livrée à la maison. Même si les frais de livraison font deux fois la billy. Oui mais, comme vous ne mettez pas les pieds dans le magasin, vous ne revenez pas avec les merdouilles, vous avez bonne conscience, et plus de place. Quelques temps plus tard les billy arrivent, alors que les routes sont enneigées. Vous savourez et vous vous dites: ils sont trop forts ces suédois. En fait c'est un gars du coin qui livre, et la neige ça lui fait pas peur. Vous vous apprêtez à monter vos étagères pleine d'allant, lorsque vous réalisez  qu'il va d'abord falloir déplacer ça bazar. Ben oui vous retapez une maison de campagne, et ce n'est pas en quelques mois que ça ressemble à "côté sud". Au même moment, voilà le maçon. Logique, puisqu'il neige, il s'est souvenu qu'il avait les murs à refaire chez vous. Ce qui veut dire en langage maçon: "péter le ciment avant de le refaire proprement". Vous travaillez donc de concert dans un nuage de poussière. Et comme vous avez un maçon qui ne sifflote pas, vous vous mettez la compile Hôtel Costes que vous venez de dénicher à la médiathèque du coin (juste 45 minutes aller retour, ce qui fait que si on converti le prix de l'essence en location de cd, on a peut être intérêt à commander sur amazone et se faire livrer aussi, faut voir). N'empêche vous voyez déjà vos livres sur les rayonnages et votre grange prendre une allure so chic. Et vous pourrez feuilleter le livre anniversaire de cette fameuse bibliothèque. Vraiment trop fort ces Suédois.images-3-copie-2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

on a toujours besoin d'un billy chez soi!


Répondre